Faisons appel à notre coach intérieur !

Et si nous faisions appel à notre coach intérieur plutôt que de suivre notre critique intérieur ?

Avez-vous déjà entendu parler de Jiminy Cricket ?

Jiminy Cricket est un grillon habillé en costume. Il accompagne Pinocchio dans ses aventures et représente la bonne conscience de Pinocchio.

Nous avons tous en nous une sorte de Jiminy Cricket. Nous avons tous des voix soit qui nous motivent, nous encouragent soit nous critiquent ou nous culpabilisent.

En effet, notre critique intérieur est des schémas de pensées que nous avons intégrés au fil de nos expériences et de notre environnement. Ce ne sont ni des faits ni la vérité.

Ses attentes sont le plus souvent irréalistes, limitantes et vous laisse insatisfait, inquiet.

Ces jugements sont le plus souvent partiaux, erronés, excessifs. Une caricature de l’exigence sans bienveillance ni flexibilité.

De l’autre côté, nous avons un coach intérieur, bienveillant, soutenant, motivant. En effet, ses attentes sont réalistes, et fondées. Il nous permet ainsi de nous dépasser, de nous épanouir tout en nous sentant en sécurité.

Voici 8 conseils pour faire appel à votre coach intérieur

L’intention est ainsi de créer de nouveaux automatismes, de nouveaux schémas de pensées positifs et soutenants comme le ferait un coach.

Vous avez les ressources internes pour prendre soin de vous, vous aimer, soigner ce critique intérieur grâce à la puissance et la bienveillance de votre coach intérieur.

Voici ce que je vous propose :

  1. Observer vos pensées, les noter : « Tiens voici mon critique qui est la … »
  2. Bien faire la différence entre ces pensées critiques et les faits
  3. Noter sur une feuille le top 10 de vos critiques et vous posez la question, est-ce vrai ? Est-ce je suis certaine que c’est vrai ?
  4. Apporter une touche d’humour à notre expérience
  5. Contextualiser la critique
  6. Prendre conscience qu’il existe plein de nuances de gris

Le plus souvent le critique intérieur généralise, tout est toujours comme ci ou jamais comme cela. L’intention est de voir que les choses ne sont pas manichéennes, ni tout blanc ni tout noir. Ce n’est pas parce que j’ai échoué une petite partie, que tout est perdu, bien au contraire !

  1. Nous apporter des moments soutenants et bienveillants comme le ferait un bon ami

Nous pouvons nous créer des phrases que nous pouvons répéter chaque jour : « tu es en sécurité », « je m’accepte tel que je suis », « j’ai confiance » etc.

  1. Pratiquer la méditation de bienveillance envers soi-même

Pour en savoir plus sur le critique intérieur, je vous invite à lire les autres articles :

Démasquer notre critique intérieur

Stop au critique intérieur !

Sandrine

Author Sandrine

More posts by Sandrine

Leave a Reply