Avez-vous noté comment notre critique intérieur nous tyrannise parfois ?

La méditation de pleine conscience permet d’identifier notre critique intérieur,  les jugements que nous avons sur nous-même, d’arrêter de nous auto-flageller pour vivre, nous épanouir et nous pardonner.

La semaine dernière, dans le métro, j’entends une femme dire « quelle conne ! ». Cette femme perdue dans ses pensées avait raté son arrêt.

Elle dit ce que nous pensons tout bas tout le long de la journée : « tu n’es pas à la hauteur », « tu es un bon à rien », « ce n’est pas normal de sentir cela. »

La plupart du temps, nous ne sommes même pas conscients de nous critiquer, nous laissons notre critique intérieur nous maltraiter, nous contrôler. Nous sommes très durs avec nous-même.

Même si certaines choses sont vraies, cela ne veut pas dire que nous devons nous critiquer, nous punir encore et encore.

Notre critique intérieur se manifeste par nos pensées, et a un impact sur nos expériences physique, émotionnelle et énergétique.

Nos critiques intérieurs sont des pensées. Ce sont des habitudes, des modes de pensées que nous avons développés au cours des années. Ces habitudes peuvent devenir des cercles vicieux sans fin.

Qu’est ce qui nous amène à nous juger ?

Notre critique intérieur vient du fait que nous essayons de faire de notre mieux, d’être parfait, d’être aimé. Nous essayons de nous adapter aux standards que la société, notre famille, décrètent pour nous consciemment ou inconsciemment.

Le plus souvent, notre critique intérieur se construit lorsque nous sommes jeunes. Nous intégrons les critiques, les ordres donnés par nos parents, nos professeurs, la société. Lorsque nous sommes grandissons, cela devient des voix dans notre tête disant ce qui est bon ou mauvais.

Le problème est que ce critique intérieur a un impact négatif sur nous. Il nous épuise, nous démotive. Il peut aussi mener à de mauvaises habitudes, des stratégies pour compenser qui ne sont pas saines.

Nous sommes humains et nous sommes imparfaitement parfait !

 

Comment pouvons-nous faire face à notre critique intérieur ?

 

Notre critique intérieur est des pensées. Ce ne sont pas ni des faits ni la vérité. Ce sont des habitudes, des schémas de pensées. Nous avons tendance à nous laisser absorber, envahir, ou définir par certaines critiques, même si nous ne les aimons pas.

 

La bonne nouvelle est que nous pouvons modifier cette attitude : d’abord, nous devons être parfaitement attentifs à ces schémas, les noter sereinement lorsqu’ils surgissent : « Tiens, voilà le schéma de pensée  “Je suis un raté”, le schéma de pensée “Je suis une mauvaise mère” », etc. Une fois que nous les connaissons, nous pouvons les considérer comme de simples visiteurs. Ce ne sont pas eux qui nous définissent. Nous ne pouvons pas les empêcher de surgir, mais nous pouvons les laisser partir. Et même s’ils reviennent plusieurs fois durant une méditation ou durant la journée, leur nature ne change pas : ce sont des visiteurs, des choses passagères, nous n’avons pas à les laisser s’installer en nous, à nous reprocher leur venue, nous pouvons simplement les laisser repartir.

 

Nous pouvons utiliser les pratiques de méditation sur la bienveillance sur nous-même. C’est l’occasion de cultiver et d’approfondir notre bienveillance envers nous-mêmes.Plutôt que de nous faire des reproches et d’être durs envers nous-mêmes, plutôt que de chercher à nous punir, nous pouvons apprendre à nous pardonner et à faire preuve d’un peu de compassion envers nous-mêmes.

 

Lorsque nous reconnaissons notre critique intérieur, lâchons prise délicatement et recommençons. Peu importe la critique, nous pouvons la noter, et choisir d’être notre meilleur ami plutôt que notre pire ennemi.

La méditation de pleine conscience et le programme MBSR de gestion du stress peuvent vous aider à être plus épanoui dans votre vie personnelle et professionnelle.

N’hésitez pas à consulter les détails sur programme MBSR : https://sandrinetoleganojourdren.com/programme-mbsr-lyon/

 

Sandrine Tolegano Jourdren

Author Sandrine Tolegano Jourdren

More posts by Sandrine Tolegano Jourdren

Leave a Reply